Date : dimanche 10 décembre 2017

 

Soirée de soutien à RFPP ce dimanche soir au CICP, dans sa partie punk puisque c'est l'équipe de Konstroy qui est à la baguette. A l'heure théorique d'ouverture des portes, cela se présente moyennement bien, car outre les trombes d'eau qui s'abattent sur Paris, il y a très peu de spectateurs potentiels, les membres des trois groupes ne sont pas tous là, et il manque encore la batterie à installer sur la scène... Résultat, l'émission démarre en direct à 18h avec un gros stress, il n'y a pas grand monde pour regarder les films projetés (la situation des radios associatives est au cœur du dossier), mais dès 18h40 le public commence à arriver, les habitués se sont doutés que les concerts ne commenceraient pas avant 19h...

 

Remarquez, il ne faut non plus arriver trop tard, car pour cause de départ vers (la gare de) l'Est juste après le concert, c'est Diego Pallavas qui ouvre la soirée, et il serait dommage de manquer la prestation du trio. Si le groupe joue sur le "vrai faux punk rock", les puristes ne se plaignent pas vraiment, car le chant en français est accompagné de musiques très rythmés, ce qui offre donc des morceaux totalement efficaces, directs, sans prétention non plus, BatBat est ici très à l'aise avec son public, et s'il doit y avoir la moindre prise de tête, ce serait uniquement pour savoir qui pique la bière de l'autre... David Stygmate est très à son aise en guise de bassiste, clairement c'est dans sa came musicale - et la nôtre, par voie de conséquence, et si je dois avouer ne pas maîtriser la discographie du groupe, nul doute qu'avec un peu de temps libre (je l'attends avec impatience !) je vais pouvoir remédier à cette lacune. Bref, le dessert était en entrée, et il n'y a pas eu tromperie sur la marchandise !

 

Le temps de balancer un minimum, et c'est un quintet qui enchaîne, dans un style nettement différent : Loolie and the Surfing Rogers fait dans le "Surf, Early Soul et RoRock'n Roll", ce qui se traduit par un mélange très varié, passant du ska à la Selecter (Loolie a un timbre qui peut évoque Pauline Black) au surf, au rock sixties, à la soul typée Motown... Le trio guitare-basse-batterie est accompagné d'un saxophoniste (qui usera d'une flûte traversière, à l'occasion) aux belles chaussures dont les semelles sont un brin glissantes, et cet apport est évidemment l'une des marques de fabrique du groupe, en sus de la voix de la chanteuse bien sûr. Le public, désormais assez nombreux (je pense qu'on a dépassé les 80 entrées, pour un dimanche soir c'est plutôt pas mal), n'hésite pas à se trémousser au fil des titres, preuve qu'on peut venir pour écouter du punk et prendre du plaisir en entendant quelque chose d'un peu différent ! Bref, cette variété réussit bien ce soir, et les spectateurs comme les musiciens apprécient ce set rempli de bonne humeur.

 

En guise de groupe de clôture, sinon de tête d'affiche (l'ordre s'est un peu joué aux dés, en fait), ce sont les 6 membres de The Mercenaries qui déboulent sur scène, et très vite on se rend compte d'une composition plutôt surprenante pour un groupe de "punk rock". En effet, en sus d'un trio classique basse-batterie-guitare (le guitariste chante, aussi), on trouve une chanteuse à voix que je qualifierai d'agressive, un genre de toaster, et un organiste... Le résultat de tout cela me laisse un peu coi, dans la mesure où le mélange de ska et de punk (pour faire court) est trop peu défini à mon goût, je suis perturbé (au niveau auditif) par la conjonction de sons qui me plairaient certainement s'ils étaient bien différenciés. Bref, si on ajoute à cela que je commence à ressentir la fatigue d'une accumulation de concerts, on comprendra que je ne m'éternise pas, laissant les spectateurs enthousiastes apprécier un show dont je ne profite pas : cela n'enlève rien à la qualité de la soirée, qui aura sans doute réussi la majeure partie de sa fonction (ramener un peu de sous pour RFPP !).

 

La suite, ce sera ce vendredi, en parallèle d'une autre soirée de soutien à RFPP à la Parole Errante, je serai au Trabendo avec le concert de Noël habituel de New Model Army.