Date : vendredi 8 février 2019

 

C'est vendredi soir, le Point Éphémère affiche complet, on n'a pas forcément envie d'affronter la pluie froide, alors on reste chez soi jusqu'à la dernière minute, on sacrifie la première partie, et on arrive pile à 21h30, juste pour entendre les premières notes du concert attendu...

 

Ah ben non, finalement le concert n'a pas encore démarré, faute à des incidents techniques qui semblent toucher les machines, on se prend donc un petit retard d'un quart d'heure dans la vue, et enfin les Blood Red Shoes peuvent arriver sur scène, cela faisait plus de quatre ans qu'on attendait le retour du duo anglais, qui pour l'occasion s'est transformé en quatuor, puisqu'à la base (la guitariste et le batteur qui se partagent le chant) se sont ajoutés une bassiste/guitariste et un préposé aux machines... Cela vous inquiète ? Moi aussi, et malheureusement les premiers titres ne vont pas faire grand chose pour nous rassurer, puisque ces titres tirés du dernier album en date "get tragic" ne nous rappellent que très occasionnellement ce qu'on apprécie le plus chez les groupe, c'est-à-dire ces ruptures de rythmes, cette énergie pas trop lourde, et surtout cette connivence limitée à deux musiciens. Là, pour le coup, on a le sentiment d'un groupe très classic rock (avec des parties pourtant très/trop lourdes), avec des morceaux qui ne nous inspirent guère, des sons de claviers qu'on n'attendait pas et qui n'apportent pas grand-chose, bref on n'est pas loin de s'ennuyer ferme, et on se dit que la soirée risque d'être longue, voire écourtée si cela continue. Heureusement, le duo d'appoint quitte la scène, et on retrouve subitement les Steven et Laura-Mary enthousiasmants, n'hésitant pas à changer de rythme en cours de morceau, et qui peuvent sembler heavy tout en échappant à la caricature, avec des titres qu'ils vont aller chercher tout au long des albums et EP de leur discographie de 2007 à 2014, on sent que le public lui aussi apprécie ce retour aux bases, et de light it up à i wish i was someone better, les tubes (cold, don't ask) et les morceaux moins évidents (black distractions, lost kids) replacent le duo à un niveau de perfection rarement égalé, et on sent que l'attention de la salle est intégralement portée sur ce qui se passe sur scène. Nos deux Brittons font l'effort de marmonner quelques phrases en français, cela évidemment ne fait qu'augmenter la joie du public très dense (l'aspect sold-out semble plus évident que la semaine passée avec Cloud Nothings, par exemple) mais également très respectueux, il n'y aura par exemple pas de défilés de slammeurs, cela permet à chacun de profiter à plein des chansons sans devoir se prémunir de coups de chaussures sur la tête... Ces gros trois quarts d'heure sont totalement excitants, mais malheureusement se terminent avec le retour des deux comparses machines/guitares pour les trois derniers titres, issus du dernier album ou très récents, qui ne font que confirmer cette impression de ne pas avoir le même groupe sur scène, les structures des morceaux n'ayant toujours rien à voir avec ce que l'on peut adorer chez le groupe. C'est d'ailleurs pendant ces morceaux récents que les spectateurs en profitent pour rejoindre le bar, ou plutôt les bars, puisque certains préfèrent sortir de la salle et rejoindre le second bar, effectivement plus accessible mais qui n'offre pas les mêmes possibilités d'écoute du concert. On peut le comprendre, mais on reste sur place, car tout peut encore arriver, même si ce n'est pas avant la fin du set... Mais dès le début du rappel, on constate que le groupe est de nouveau en version duo, c'est donc une superbe interprétation de it's getting boring by the sea qui nous est proposée, et si les deux accompagnateurs réapparaîtront pour clore colours fade et les 80 minutes de concert, on les entendra suffisamment peu pour ne pas vraiment s'en plaindre... On repart donc de là avec un sentiment un peu mitigé, puisque les morceaux historiques se sont révélés d'un niveau excellent, tandis que les nouveaux titres, que l'on ne connaissait pas encore, n'ont pas forcément donné envie de se pencher sur le dernier album en date... On se laisse donc le temps de réflexion adéquat avant de se décider ou non d'en reprendre une couche cette année, puisque les BRS reviendront en fin d'année (novembre) à la Maro.

Set-list :

  1. elijah
  2. bangsar
  3. howl
  4. light it up
  5. don't ask
  6. the perfect mess
  7. an animal
  8. black distractions
  9. cold
  10. lost kids
  11. red river
  12. je me perds
  13. this is not for you
  14. i wish i was someone better
  15. mexican dress
  16. eye to eye
  17. god complex
  18. Rappel : it's getting boring by the sea
  19. colours fade

 

La suite, ce sera d'ici une quinzaine de jours avec Marquis de Sade au Petit Bain, sauf sortie imprévue d'ici-là...