Date : mercredi 4 juillet 2018

 

Rare tarif pour un concert au Point Éphémère, puisqu'en ce mercredi soir il ne faut débourser que 5€ (6€ avec la commission de digitick, soit 20% du prix du billet...) pour y entrer, apparemment il va y avoir quelques concerts dans le même ordre de grandeur tout au long de l'été, cela explique sans doute qu'il y ait du monde le long du canal, même si les spectateurs mettront du temps avant de rentrer dans la salle.

 

Remarquez, on peut les comprendre, car quand on se rend compte que la première partie, nommée Estafette?!^^, consiste en un pousse-disque (ou plus officiellement DJ set) soit disant rigolo, mais surtout insupportable, tant ce qui peut faire rire certains peut faire souffrir les autres, ceux qui ont subi ces horreurs à leur sortie : cela commence par Chagrin d'Amour (chacun fait ce qui lui plaît), cela continue avec Vanessa Paradis (joe le taxi), et ensuite ? Eh bien je ne peux plus rien en dire, nous avons mis rapidement un terme à cette douleur en quittant les lieux, profitant des températures pour le moins clémentes pour attendre la suite dehors, isolés soniquement de l'intérieur...

 

Pile à l'heure annoncée (21h30), c'est Usé qui se pointe sur scène, on ne découvre pas le one-man-band ce soir, mais il faut avouer qu'à l'occasion de cette release party (nouvel album "Selflic" chez Born Bad Records), Nico va bluffer pas mal de monde. En effet, en s'appuyant sur des bandes qui hésitent entre indus et goth (j'aurais très bien pu citer d'autres genres), et en martelant tant sa guitare à plat que ses fûts, le bonhomme crée une ambiance sonore et rythmique impressionnante, accentuée par l'aspect physique de la prestation (le musicien-chanteur s'est remplumé depuis quelques années, il peut donc perdre des litres de sueur sans trop de dommages). Bien sûr, le set comporte des moments plus calmes, car l'homme ne pourrait tenir à ce rythme tout au long de la prestation, alors on accepte une marilou en forme de variété française, ou un danser un slow avec un flic qui n'est pas forcément non plus le titre le plus marquant de l'année, mais on oublie vite ces intermèdes lorsqu'on revient au style favori, bruitiste, énergique, et très excitant. Le seul regret que l'on puisse avoir en sortant de la salle, lorsque cela se termine, c'est que cela n'ait pas duré plus de 40 minutes, mais gageons que lorsque M. Usé reviendra vers chez nous (et cela ne tardera sans doute pas), il nous gratifiera d'une prestation plus longue, et qu'il ne sera donc plus seul à évacuer des litres de sueur...

 

La suite, c'est dès vendredi soir, avec un voyage au bout du RER, puisque le festival de La Ferme Électrique se tient à Tournan en Brie...