Date : mercredi 23 mai 2018

 

En réunissant une bonne partie de l'équipe de Konstroy, on atteindra une quarantaine de spectateurs au Cirque Électrique, ce mercredi soir, on aurait pu espérer plus mais comme on est en milieu de semaine on pardonne aux absents, et on profite du beau temps sur la terrasse, avant de rentrer dans la salle du bar ("Le Tigre") lorsque les premières notes de guitare commencent à transpercer les écoutilles.

 

On n'est pas hyper nombreux, mais cela ne va pas empêcher les Garage Lopez de nous délivrer leur punk-rock habituel, sans oublier de l'accompagner de blagounettes, de traductions anglaises ou allemandes en mode franchouillard à l'attention des Teutons qui les suivront sur scène, bref comme toujours la musique n'est pas le seul élément intéressant de la soirée ! Le trio basse-guitare-batterie (le batteur est directement en caleçon, et le chant est assuré en alternance par les bassiste et guitariste, principalement) s'appuie sur ses titres phares (gaz gaz, bleu-blanc-fuck, pas la place, mauvaise...), mais nous propose également deux morceaux quasi inédits (ils ont été testés le samedi précédent à la Comedia), et surtout ne se prend jamais au sérieux, à tel point qu'on s'aperçoit que jamais les sourires ne quittent les visages des spectateurs. Cela ne veut pas dire non plus que ces messieurs sont des amateurs, on sent qu'ils savent y faire, il n'y a qu'à se rendre compte à quel point la capacité à enchaîner les morceaux n'est pas du niveau du premier boys band venu, mais cela ne les empêche pas d'échanger les blagues, y compris avec le public, et si on oubliera l'incident de toute fin de set (un mouvement malheureux de Jean-Luc, le bassiste, qui déséquilibre une spectatrice qui se relèvera meurtrie et assez remontée), c'est que ces trois quarts d'heure auront donné la pêche à l'ensemble des spectateurs, il faut dire également que les bières (pas trop chères) défilent assez rapidement, et cela nous console de n'avoir pas eu le cran de sortir le samedi soir voir le groupe : ces messieurs sont égaux à eux-mêmes sur scène, et il serait malvenu d'entendre la moindre plainte à leur propos, ils nous offrent exactement ce qu'on est venu chercher, et ça fait du bien !

 

Le temps de s'installer, et c'est un quatuor allemand, donc, qui entame son set : si les Lopez étaient (de manière humoristique, bien sûr) présentés comme du "fitness punk rock de Paris", The Not Amused est lui affublé du titre de "finest power pop" de Berlin, et si le superlatif est à vérifier, on ne peut pas dire que la dénomination est usurpée : le groupe (un bassiste tranquille et sans micro qui accompagne un duo guitare-batterie ne laissant pas tout le boulot des parties vocales au chanteur en titre) nous propose des morceaux super carrés (la robustesse allemande), dans un style pop-punk qui évoque tant les Briefs que les Buzzcocks, et là non plus on n'est pas dans le trip hyper sérieux, même si on sent que l'essentiel est tout de même de jouer de la musique - il faut dire que la barrière de la langue n'incite pas forcément beaucoup à la gaudriole. Les morceaux, efficaces, j'allais presque dire dansants, en tout cas très entrainants, se suivent, il n'y a pas vraiment de perte de temps, ce qui s'explique peut-être également par la volonté de ne pas trop dépasser les horaires annoncés - on n'aura d'ailleurs même pas de rappel, le guitariste déclarant forfait pour celui-ci par défaillance matérielle. Avec une durée de set équivalente à celle des Garage Lopez, dans un style plus propre mais pas beaucoup moins fun, le quatuor mixte (c'est une batteuse qui officie derrière les fûts) permet de boucler la soirée de manière éminemment respectable, et on ne regrette donc nullement d'être sorti en milieu de semaine ! Il va d'ailleurs rapidement falloir se réhabituer à ne pas se coucher trop tôt si l'on veut survivre à la semaine qui se pointe...

 

Car la suite, c'est une belle série qui s'annonce : Marquis de Sade et Anna von Hausswolff à Villette Sonique ce samedi, puis Legendary Tigerman lundi au Café de la Danse, les Damned mardi au Petit Bain, les Brassen's Not Dead mercredi à la Comedia, les Tétines Noires vendredi au Centre Barbara-Fleury : il va falloir profiter des rares moments de repos !