Date : mardi 13 février 2018

 

Il y a du monde à l'Olympic en ce mardi soir encore relativement froid, on pensait presque que la soirée se passerait en petit comité, alors qu'il faut patienter pour traverser la salle, pour atteindre le bar, pour commander sa bière, puis pour descendre à la cave dans la salle de concert, heureusement qu'on n'est pas venus là par hasard !

 

Car s'il y a trois groupes à l'affiche de la soirée, c'est exclusivement pour Pierre & Bastien qu'on s'est décidé à ressortir, les deux heures d'antenne de dimanche ont incité à revenir voir le trio sur scène, même si on apprend que la prestation (pour chacun des groupes) est d'une durée égale limitée à une demi-heure... Avec une heure de retard sur l'horaire annoncé par le patron du lieu, c'est avec un titre encore non enregistré mais déjà entendu (france 2016) que cela démarre, on retrouve nettement sur ce morceaux les interrogations que l'on peut se poser à propos du degré auquel on doit prendre les paroles, mais cela ne semble pas perturber le public, bien dense devant la scène, et qui donne l'impression pour une bonne part de bien maîtriser la discographie du groupe. C'est peut-être pour cela, d'ailleurs, que le trio va proposer un tiers de morceaux encore non édités, quoique déjà entendus sur scène (ou à la radio, pour hygiène), tout en piochant d'autres titres dans le dernier album en date ou dans les enregistrements bien plus anciens. On a donc droit à secret, le "tube" de 'musique grecque' paru l'an passé, mais aussi à facho et grosse caisse, pas forcément les titres les plus attendus, mais qui bénéficient ce soir d'une acoustique plus que correcte, et si le groupe reste concentré sur sa musique (le temps est compté, on l'a dit), cela n'empêche pas les spectateurs d'apprécier cette performance. Bien sûr, en n'étant pas dans les deux premiers rangs on ne voit quasiment rien de ce qui se passe sur la scène à peine surélevée, mais le jeu de scène minimaliste ne nécessite pas forcément une attention de tous les instants, alors on se concentre exclusivement sur la musique, des jeux de mots de geoffroy au retour inattendu de guitar-hero, en revanche on n'est pas surpris par le final sur à nu, c'est un classique, et surtout l'opportunité pour Baptiste (le second guitariste) de se lâcher, même si pour le coup on sent que le timing l'incite à ne pas trop exagérer - déjà qu'on a droit à 32 minutes au lieu de 30, il ne s'agirait pas d'exciter les organisateurs ! Bien sûr, on aurait bien pris une petite louchette supplémentaire, mais il faudra attendre une autre occasion. Et comme on est bien naze (l'anesthésie du dentiste appelle plus à chercher le repos que les émotions fortes), on ne retente pas Skategang, déjà vu ici-même il y a un peu plus d'un an, et on ne teste pas le Bisou de Saddam, on attendra là encore une autre opportunité...

 

Set-list :

  1. france 2016
  2. handicapé
  3. secret
  4. hygiène
  5. facho
  6. grosse caisse
  7. geoffroy
  8. guitar-hero
  9. à nu

 

La suite, ce sera dans une dizaine de jours, avec Litovsk aux Instants Chavirés.