Date : 16 juin 2006

 

Born Bad, réputé disquaire parisien orienté rock-garage-punk, organise ce soir une soirée au Point Éphémère, qui attire un bon public, surtout devant l'absence de tête d'affiche reconnue...

 

Emmenés par le batteur de Frustration, les Four Slicks, un quatuor français comme leur nom ne l'indique pas, jouent un rock'n'roll survitaminé dont les morceaux assez courts (une bonne vingtaine de morceaux en 45 minutes !) obéissent à la même forme : un départ sur les chapeaux de roues, une accélération, et une fin au sprint... Autant dire que c'est plutôt primitif, primaire ou primal, mais dans l'ensemble, et en dépit de la multiplicité des erreurs, ça se laisse largement écouter, même si on ne comprend rien aux textes !

 

Pour enchaîner, on a deux guitaristes sans bassiste, et une batteuse : non, je ne les avais jamais vus, mais les 4 Suisses de Come 'n Go font forte impression ! Car après un premier titre rock option Rolling Stones (avant chute de cocotier, évidemment !), on passe aux choses (très) sérieuses : le rock'n'roll 50's se teinte rapidement de blues trash, et cela débouche donc sur un genre de rock hypno-psychotique totalement enthousiasmant, il faut bien l'avouer ! Bien sûr, ils n'inventent rien, mais ils marchent sur les traces de glorieux aînés tels Hasil Adkins ou les évidents Cramps... la découverte de la soirée !

 

Venus de San Francisco, les Radio Reelers sont résolument punk-rock : grosses guitares, grosse batterie, gros cris... la finesse est totalement absente du set des Américains, mais ce genre de Briefs/Vibrators assaisonné de Devil Dogs pourrait largement se laisser écouter. "Pourrait" seulement, car c'est le seul concert de la soirée carrément inaudible : le son est infiniment trop fort, et les larsens se multiplient à l'infini, souvent même au milieu des morceaux, et il devient très difficile de tenter d'apprécier les morceaux en cherchant en même temps à s'abriter les conduits auditifs ! Avant de les revoir, il faudra donc qu'ils s'engagent à ne pas oeuvrer pour une société entièrement sourde, sous peine de voir leur public se réduire comme peau de chagrin au fil des concerts...

 

On va se calmer d'ici la fin du mois, puisque hormis le festival Airwaves à l'haleine fraîche, on va avoir droit à France Cartigny, Franka, Sanseverino et Mell, en commençant lundi soir par Didier Super au Bataclan (que cela vous plaise ou non ;-p )